La génération Y qui arrive aujourd’hui sur le marché de l’emploi bouleverse la donne en ce qui concerne l’investissement dans l’emploi.

En effet, aujourd’hui, il n’est pas surprenant de changer d’employeur 3, 4 ou 5 fois durant son parcours professionnel.

Les cas où les employés et salariés demeurent dans la même entreprise durant toute leur vie se font de plus en plus rares.

En 2015, changer d’employeur fait partie intégrante des travailleurs puisque près d’un quart (26%) de la population activé a déjà opéré une transition professionnelle de ce type, soit près de 7 millions de Français.

Une tendance forte chez les jeunes

Comme cité précédemment, ce sont les jeunes travailleurs ceux que l’on nommait la génération X et maintenant la génération Y (la génération « Wired », celle qui est née dans un monde entièrement connecté) qui sont concernés par ce phénomène grandissant.

En plus de cette génération, les personnes ayant un haut niveau d’études (entre bac +3 et bac +8), et pus particulièrement les femmes, sont aussi concernées.

Aujourd’hui, l’INSEE estime qu’un jeune travailleur changera environ 4.5 fois d’employeur au cours de sa vie active.

Qu’est-ce qui explique cette mobilité ?

  • Le manque de perspectives d’avancement de carrière
  • L’insatisfaction par rapport au leadership supérieur immédiat
  • L’inconfort lié à l’environnement du travail
  • La non-reconnaissance avec la culture de l’entreprise
  • Le désir de relever des défis plus stimulants.

 

L’attrait des PME

Aujourd’hui, les travailleurs ont un net penchant vers les structures de moins de 500 employés.

En effet, les PME et autres structures de ce type permettent de relever de nouveaux défis et d’avoir une impression que le travail a davantage d’impact, sans oublier une confiance dans la direction accentuée.

Dans un domaine où la pénurie de travailleurs est importante, comme dans le milieu de la finance, les individus sont pleinement conscients de la valeur de leur candidature.

C’est aussi dans les PME que les candidatures sont les plus attirantes à cause de l’importance des références professionnelles : les candidatures recommandées présentent un avantage pour les recruteurs, à savoir la qualité.

Cibler la marque employeur

Les travailleurs aujourd’hui veulent de la transparence, de la communication. Celle-ci ne  doit pas plus être verticale en partant uniquement du haut vers le bas de la pyramide mais la parole doit circuler dans toute l’entreprise.

Les nouveaux travailleurs ont ce besoin grandissant d’être écouté, que leur avis soit entendu et de participer à tous les débats et à toutes les décisions.

Une entreprise qui prend en compte ces facteurs, à l’instar des startups, a de bonnes chances de fonctionner et de conserver ses employés à moyen et long terme.

Les jeunes travailleurs ont besoin de savoir à quoi va ressembler leur expérience de travail au sein de l’organisation de l’entreprise. C’est le manque de précision sur ce point ainsi que le besoin pour les entreprises de fidéliser leurs talents qui mettent en lumière la nécessité de promouvoir la marque employeur.

La transition professionnelle passe aujourd’hui par cette prise de conscience : les individus ont cette soif de se développer, ce besoin de s’épanouir dans leur carrière et de poursuivre toujours un quelconque apprentissage.

On comprend, maintenant, que près d’un travailleur sur 3 se dit prêt à créer sa propre entreprise mais cela est une toute autre question.

A lire aussi, notre article sur le bore-out au travail

About The Author Alain Manoukian

comments (0)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>