Une fois que l’on a passé la première étape du CV et que celui-ci a été retenu, vient alors la seconde étape qui n’est pas toujours une mince affaire, à savoir l’entretien d’embauche.

Il arrive alors que notre cœur s’emballe, que l’on perde nos moyens, que nous ayons des bouffées de chaleur. En bref, nous avons peur. L’enjeu est alors double : maîtriser nos appréhensions, afin de mieux cartonner notre entretien.

Tout est normal

Avoir peur de l’entretien est tout à fait normal, c’est même une réaction saine, souvent due à la peur de se planter, de ne pas y arriver. On imagine les scénarios possibles, les questions pièges et inattendues, les regards méprisants, les réponses fausses et …. STOP, calme !

Il faut transformer vos appréhensions en source de motivation.

Il ne faut pas confondre le stress et le trac : celui-ci est instantané, c’est une peur irraisonné et qui se dissipe généralement au moment d’agir. Le stress, quant à lui, va libérer des forces vitales, notamment des émotions positives qui vont nourrir. C’est ce stress positif qu’il faut entretenir.

Prendre du recul

Quand on a peur pour un entretien, on projette généralement des pensées négatives qui contribuent à augmenter ce stress, c’est un cercle vicieux dont il n’est pas évident de sortir sereinement (comme vu au dessus).

Il faut tout mettre en place pour remplacer ces pensées par des pensées positives : au lieu de vous convaincre que tout ira mal, dites-vous au contraire que tout se passera bien, que les personnes sont là pour mieux vous connaître et comprendre vos motivations, que vous avez déjà parcouru la moitié du chemin.

Bien se préparer

Une des clés pour canaliser sa peur de l’entretien est tout simplement bien de le préparer : prenez votre temps pour réviser vos notes, pour bien comprendre ce que recherche l’entreprise, pour cerner ses différentes fonctions.

Les représentations mentales aident beaucoup dans ce cas pour vaincre le stress : imaginez-vous en train de réussir, en train de maitriser parfaitement vos émotions mais aussi vos mots, souriez.

Pourquoi ne pas demander à un ami ou à un collègue de jouer de rôle de recruteur en posant des questions qui peuvent être susceptibles d’être demandées. Ainsi, vous aurez déjà un aperçu de vos réflexes, de vos réactions, de vos tics verbaux et saurez mieux les travailler.

Et puis, vous aurez ainsi plus l’habitude de parler à voix haute devant un public, cela fera un excellent entrainement.

Enfin, essayez les techniques de respiration pour évacuer votre stress : respirez profondément, oxygénez votre cerveau, fermez les yeux et évacuez lentement l’air de vos poumons.

Pour ceux qui ne parviennent pas à surmonter leur trac, pourquoi ne pas se tourner vers un coach spécialisé qui vous donnera d’autres clés pour réduire votre stress de l’entretien ?

Gardez en mémoire que vous n’avez pas le pouvoir de contrôler ce qui va se passer. Cependant votre préparation poussée vous evitera d’avoir des regrets et, en cas d’echec, de vous poser cette insupportable question « et si je m’étais mieux préparé(e)? ».

A voir aussi, notre article sur une prise de parole en public réussie.

About The Author Alain Manoukian

comments (0)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>