Confident young businessman

Un manager accède souvent à cette fonction par ascension verticale, fondée sur son expérience et expertise. Il arrive donc qu’une personne devienne manager… de l’équipe dont elle faisait partie !

Cette promotion peut s’avérer délicate, pour plusieurs raisons. Voici 2 enjeux que nous avons pu observer avec des clients en coaching qui vivaient cette situation.

  1. Gérer les frustrations

Pour Marc, le problème a surgi dès l’annonce de sa promotion : Stéphane, un de ses collègues, briguait le poste et manifeste sa frustration. Il exprime un sentiment d’injustice, car il a plus d’ancienneté que Marc. « Pourquoi lui et pas moi ? » demande Stéphane. Il commence même à lancer des piques à Marc devant le reste de l’équipe, sur un ton sarcastique.

Face à cette opposition, Marc est déstabilisé : il culpabilise un peu, il craint que Stéphane ne lui savonne la planche pour le décrédibiliser, ou qu’il ne mette une mauvaise ambiance dans l’équipe. Marc évite le contact avec Stéphane et ne relève pas les piques. Il se dit que ça passera.

 Quelques pistes de réflexion pour Marc :

– Pourra-t-il faire l’économie d’une discussion franche en tête à tête avec Stéphane ?

– Quelles conséquences s’il ne fait rien ?

– S’il prend le temps d’écouter ce que Stéphane a sur le cœur, qu’est-ce qui sera acceptable et qu’est-ce qui ne le sera pas, pour Marc ?

– Pour la suite, quelles limites Marc aura-t-il besoin ou envie de poser à Stéphane ?

 

  1. Une posture à trouver, pour prendre sa juste place

Agnès connaît bien ses collègues, elle les côtoie depuis 5 ans. Au cours de notre entretien, je lui fais remarquer qu’elle les appelle toujours « ses collègues » alors que ce sont à présent ses N-1 : elle est devenue leur chef l’an dernier. Mais Agnès a du mal à trouver la bonne posture.

Elle se sent dans un dilemme : soit elle devient vraiment chef et ses « collègues » vont mal le vivre (elle se dit que cela cassera sa relation avec elles), soit elle reste dans cet entre-deux où elle se comporte en collègue, et la relation est bonne mais elle ne manage pas grand chose. Pour le moment Agnès a choisi la seconde option, elle « copine » avec son équipe. Sa direction lui demande de changer de posture. Notons au passage que la promotion d’Agnès s’est faite de manière informelle, sans annonce de la direction, ce qui ne l’aide pas à prendre sa nouvelle place.

Pistes de réflexion pour Agnès :

– Quelle est la place de l’affectif dans son problème de posture ?

– Qu’a-t-elle besoin de lâcher ou de perdre pour être manager de cette équipe ? Est-elle prête à le faire ?

– La relation avec ses anciennes collègues sera-t-elle cassée, ou différente ? A quoi le verra-t-elle ?

– Quelles nouvelles règles du jeu peut-elle inventer avec son équipe ? Comment marquer symboliquement le passage dans une nouvelle ère ?

 

D’autres enjeux sont possibles dans cette situation de promotion au sein d’une même équipe : le sentiment de légitimité du promu manager, les habitudes collectives à modifier, le vécu commun, le sentiment de transparence du manager quand il a été très proche ses anciens collègues, etc.

Dès que ces enjeux gênent la prise de poste, il peut être très utile d’être accompagné par un coach pour clarifier, trouver des solutions, élaborer une stratégie, et agir dans le bon sens.
Découvrez les offres d’accompagnement Manager.

Article de Karine, coach référencé MySuccess
Découvrez son profil !

About The Author Axel Manoukian

comments (0)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>