Bien entendu, quand on est étudiant, on manque d’expérience professionnelle et le CV se résume souvent aux diplômes passés et aux principaux centres d’intérêt.

Mais vous avez su trouver des jobs d’été ou faire des petits boulots durant l’année et cela fait partie de votre parcours.

Quand vient le moment de postuler pour un emploi, la question se pose : faut-il mettre ses jobs étudiants dans votre CV ? Comment les mettre en valeur ?

Des avantages et des inconvénients

Que ce soit un job alimentaire ou un petit boulot d’été, toutes ces missions trouvent leur place sur votre CV, elles forment les premiers gènes de votre ADN professionnel.

Mais attention à la formulation choisie pour les évoquer car cela pour valoriser votre candidature ou vous desservir.

Quoiqu’on en pense, les  petits jobs étudiants sont valorisants et les recruteurs apprécient que vous ayez déjà mis les pieds dans le monde professionnel, même si cela était pour une courte durée.

En effet, cela démontre votre envie et vos capacité à vouloir devenir autonome, à vous débrouiller mais encore faut-il indiquer ce qui est important : apprenez à détailler vos jobs d’étudiants en vous montrant précis et clair, mettez en avant les responsabilités auxquelles vous avez du faire face ou celles que vous avez prises.

Mais indiquez seulement les jobs étudiants qui sont intéressants et si possible pas très éloignés de l’emploi pour lequel vous postulez. Le babysitting n’a peut-être pas sa place dans votre CV pour dégoter un emploi.

Ce qu’il faut, c’est que pour chaque expérience, vous devez trouver ce qui pourrait intéresser votre recruteur : capacité à s’adapter, goût pour travailler en équipe, etc.

Pour éviter de trop en faire – et de prendre le risque de vous dévaloriser – inscrivez les tâches intéressantes mais n’exagérez pas non plus votre expérience, n’entrez pas dans des explications hasardeuses.

Si vous n’avez qu’une seule expérience de job étudiant, détaillez-la.

3 conseils pour valoriser vos jobs étudiants dans un CV

Soyez clair sur les dates

Ne faites pas l’erreur de corriger ou de gonfler vous-même les dates de vos petits boulots ou de vos stages pour essayer de donner de leur donner plus de valeur qu’ils n’en sont déjà.

Au contraire, montrez-vous rigoureux, stipulez clairement les dates et la nature de votre mission : plus vous saurez les expliquer, plus vous aurez précisé qu’il s’agit d’un CDD, d’un stage ou d’un contrat d’intérim et plus cela lèvera le doute sur les possibles raisons pour lesquelles le contrat aurait été écourté.

Précisez votre employeur

Si votre employeur est en rapport avec votre formation, il n’y a aucune raison de ne pas préciser la nature de celui-ci : indiquez son secteur d’activité, son chiffre d’affaires afin d’avoir une idée de la taille de la structure, sans oublier que cela montrera que vous vous êtes intéressé de près à votre employeur, même le temps d’un job d’étudiant.

Assumez tous vos jobs étudiants

Qu’ils soient alimentaires ou qu’ils correspondent au futur emploi pour lequel vous postulez, tous les jobs étudiants que vous avez faits sont importants à condition de pouvoir les inclure dans votre démarche.

Précisez la nature du contrat, expliquez ce choix dans votre lettre de motivation pour montrer que vous avez préféré travailler plutôt que de rester inactif.

Cela vous aidera à marquer des points auprès de votre recruteur qui verra au-delà du job en lui-même qui mais qui fera la différence avec un autre candidat qui est resté quelques mois sans rien faire.

A lire aussi, notre article sur les jeunes étudiants français à l’étranger.

About The Author Alain Manoukian

comments (0)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>