Que ce soit à la suite d’un consentement mutuel ou d’une rupture à l’amiable, quitter une entreprise n’est jamais une mince affaire. Comment s’y prendre pour négocier son départ ? Existe-t-il des choses à faire ? A ne pas faire ?

Voici un petit topo qui va vous éclairer sur la manière de bien quitter son entreprise.

Tout d’abord, vous devez avancer les bons arguments : en effet, si la rupture ne vient pas de votre employeur, alors vous allez devoir argumenter pour conserver un maximum de droits. Un patron n’a aucune obligation d’accorder un licenciement et donc de vous verser des indemnités.

Réfléchissez bien aux arguments en votre faveur et renseignez-vous surtout sur le droit du travail pour connaître les différentes pratiques juridiques existantes. Pour être en position de négocier votre départ, vous devez aussi savoir ce que vous cherchez exactement à obtenir : cherchez-vous à partir de l’entreprise en touchant une indemnité chômage ou cherchez-vous une indemnité pour un préjudice subi ?

Renseignez-vous également sur les mœurs de votre entreprise : certaines d’entre elles n’aiment pas les contentieux et elles font tout pour trouver un compromis avec leurs salariés tandis que d’autres se retrouvent aux Prud’hommes.

Des conseils avisés

Établissez un rapport de force favorable : quel que soit le motif de votre départ (licenciement ou départ de votre propre chef), faites-en sorte d’avoir un maximum d’informations sur les faits. Montrez que vous avez un agenda rempli, présentez vos chiffres si besoin, etc.

Néanmoins, ne présumez pas de vos forces alors prenez l’aide d’un professionnel comme un délégué du personnel, un conseiller du salarié.

Faites en sorte d’avoir des preuves pour étayer vos dires : des copies de mails, des chiffres, des tableaux.

Il ne faut pas hésiter à s’entourer de professionnels comme un avocat car l’entreprise prendra toujours ses décision avec une telle personnalité : et il importe que vous ayez les mêmes « armes » qu’elle.

En cas de licenciement, le langage et les règles de procédures peuvent s’avérer complexes à comprendre et toutes les subtilités ne sont pas évidentes à saisir. Un avocat vous aidera à vous sortir de cet imbroglio.

Et puis, demander conseil à un avocat n’implique obligatoirement de le faire entrer sur scène, il peut être là juste comme conseiller, comme appui.

Erreurs à ne pas commettre pour bien négocier son départ

– Partir du principe que votre manager va accepter votre départ sans rien dire : attention, votre employeur n’a aucune obligation d’accepter une rupture de contrat et encore moins d’entamer des négociations. Les deux parties doivent être d’accord sur les raisons du départ et la nature de la rupture.

– Voir que ses propres intérêts : essayez de trouver des points positifs à votre départ pour votre employeur et l’entreprise, faites preuve d’habileté.

– Jouer au bras de fer : vous risquez de braquer votre employeur.

 

Pour aller plus loin

Redéfinir son projet professionnel

Réussir sa transition professionnelle

About The Author Alain Manoukian

comments (0)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>